Conception de Bases de Données : étape 3

Construction du schéma des données

La dernière étape consiste à mettre en relation les entités et associations trouvées dans l'étape précédente afin de construire la structure générale des données : le schéma des données.

------------------------------------
Le schéma obtenu par application de la méthode est le schéma conceptuel des données.
------------------------------------

Mise en relation des entités

Les entités sont mises en relation par l'intermédiaire des attributs qu'elles possèdent en commun. Les types de relations autorisées pour relier deux entités (associations) appartiennent aux deux catégories suivantes :

  • Relation de type 1-1 : à un élément de l'ensemble départ, on ne peut faire correspondre qu'un seul élément de l'ensemble d'arrivée et réciproquement.
  • Relation de type 1-n : à un élément de l'ensemble de départ on peut faire correspondre plusieurs éléments de l'ensemble d'arrivée.

------------------------------------
Par application de la méthode, les seules relations possibles entre entités et associations sont des relations de type n-1, soient des dépendances fonctionnelles. Cette étape vise donc à déterminer les dépendances fonctionnelles entre entités et associations : construction du graphe des index.
------------------------------------

Pour déterminer les relations entre entités (associations), il faut donc examiner le cardinal de chacune des entités qui interviennent dans la relation.

Dans notre exemple, nous avons des relations suivantes :

Entité sourceEntité butRelation sur l'attributType de relation
SEXEETUDIANTCdsexe1-n
ETUDIANTNOTESNumetu1-n
MATIERENOTESNumat1-n
ENSEIGNANTMATIERENumens1-n

Si l'on examine la première ligne du tableau, nous avons précisé que la relation entre SEXE et ETUDIANT était de type 1-n.
En effet, dans l'entité SEXE, une valeur particulière de l'attribut Cdsexe (H ou F) ne sera présente qu'une seule fois(1). En revanche, dans l'entité ETUDIANT, la même valeur de l'attribut Cdsexe pourra être présente plusieurs fois(n), autant de fois qu'il y a d'étudiants de ce sexe.

Nous avons donc les relations suivantes :

ETUDIANT(Numetu, Nometu, Dtnaiss, Cdsexe)
ENSEIGNANT(Numens, Nomens, Grade, Ancien)
MATIERE(Numat, Nomat, Coeff, Numens)
SEXE(Cdsexe, Lbsexe)
NOTES(Numetu, Numat, Note)

Représentation graphique du schéma des données

Pour avoir une vision synthétique de la structure de la base de données (le schéma des données) on utilise une représentation graphique du type suivant :

Cette représentation est le schéma de la base de données "ETUDIANTS". C'est la structure de représentation optimale des données de notre problème : Cohérence maximale et redondance minimale.

Remarque importante pour les "puristes"

------------------------------------
Le schéma ci-dessus est bien le schéma conceptuel des données et non le schéma logique des données. En effet, les relations n-1 représentent les dépendances fonctionnelles qui existent entre les entités et associations. Le schéma précédent doit donc être vu comme une image du graphe des dépendances fonctionnelles. Il s'agit en fait de la couverture minimale du graphe.

Avec cette méthode, le passage du schéma conceptuel au schéma logique puis physique est évident :
Schéma logique : 
Les dépendances fonctionnelles entre entités et associations deviennent des contraintes d'intégrité référentielle.
Schéma physique : Chaque entité/association devient une table
------------------------------------

Etape précédente | Conception BD